Room Hate – Penelope Ward

Room Hate.png

Room Hate est le premier roman que je lis de Penelope Ward et il est vrai que j’attendais avec une certaine impatience de découvrir cette auteure qui avait pas mal plu lors de sa sortie Step Brother (qui d’ailleurs trône dans ma wishlist). Je ne sais pas si c’est l’arrivée des beaux jours qui fait que je suis en plein dans ma période NA mais j’ai enchaîné Close Up, Room Hate et Cocky Bastard. Je suis donc partie à la rencontre d’Amélia et Justin et j’en ressors plus que conquise.

Dès les premières pages, j’ai su que j’allais aimer le roman. Ce ne pouvait être autrement. On a Justin et Amélia, des amis de toujours, qui se parlent plus depuis de longues années et qui vont se retrouver en vacances ensemble, dans la maison de la grand-mère d’Amélia qu’elle leur a laissée conjointement en héritage. Ça donne envie de connaître de suite comment va se passer la rencontre, si leur ressentiment l’un envers l’autre va évoluer et surtout si les souvenirs du passé vont refaire surface…

Concrètement j’ai eu du mal à lâcher le roman. Je l’ai lu très rapidement et ai trouvé la plume de Penelope Ward à la fois si addictive et si authentique, que je ne pouvais que me sentir proche de nos deux protagonistes. J’ai de suite été happé au sein de ce duo discordant depuis de longues années tout en cherchant à comprendre l’origine du problème. Il est difficile de rester insensible face à ces deux personnages qui souffrent en silence depuis des années et ont accumulé les rancunes.  Rapidement, on réalise qu’il n’y a qu’un pas entre l’amour et la haine.

On se trouve face à deux personnages forts et attendrissants. Amélia est un personnage féminin comme je les aime : vraie, authentique, battante et essaye de rester forte quo iqu’il arrive (même si parfois les embûches sont grosses sur le chemin). Quant à Justin (oh Justin !), je l’ai adoré, tout comme j’adore bien trop souvent les personnages masculins… Au départ, il fait le gros dur au départ mais se dévoile très rapidement. Il est juste adorable, tendre, romantique et bienveillant. Il est d’un soutien sans failles et on ne peut qu’être folle de lui. Chacun essaye d’apprendre de ses erreurs, surtout Amélia qui a toujours cette volonté de tout faire au mieux même si ce n’est pas toujours évident.

A côté de nos deux personnages principaux, on a Jade, la petite amie de Justin. Eh non, il n’y a pas de triangle amoureux, rassurez-vous ! On ne peut forcément que s’attacher à elle d’ailleurs, qui apporte de la douceur et de l’apaisement dans leurs relations dès le départ, même si on aimerait bien la détester.

Selon moi, ce qui nous est présenté comme étant une romance n’en est finalement pas réellement une. C’est une romance sincère mais surtout une très forte amitié, une relation solide entre deux enfants puis ados qui sont désormais devenus des adultes. Et c’est surtout cet aspect-là qui m’a totalement convaincu et surtout touchée. J’ai trouvé ça tellement beau que j’ai du mal à l’exprimer. J’ai aimé tourner les pages dans le simple but de découvrir l’intensité du lien les unissant. C’est avant tout un amour fraternel très puissant. Et les souvenirs de leur enfance/adolescence n’ont fait que me conforter dans mon opinion.

Au final, l’aspect romance pure et simple n’arrive qu’à plus de la moitié du roman. On pourrait donc croire que c’est long, que l’histoire met du temps à arriver mais au contraire c’est ce qui rend le tout bien plus profond. D’autant plus que ça reste une histoire quelque peu prévisible. Mais l’histoire prend un virage surprenant qui est fort agréable et casse cette prévisibilité.

Je sais que certains ont eu des avis mitigés voire négatif à cause d’une histoire de lait maternel qui a dérangé.  Je le comprends tout à fait, car c’est une idée assez déroutante. Mais je pense clairement qu’il ne faut pas s’arrêter à ça. Moi-même suis passée au-dessus, car le reste est bien trop meilleur pour qu’on ne se focalise que sur ce détail sans intérêt.

Concrètement c’était kiki à souhait et c’est ce qu’il me fallait à ce moment-là. J’ai refermé le roman le sourire aux lèvres avec une envie irrésistible de vouloir le recommencer et pouvoir le redécouvrir comme si c’était la première fois. Et je peux vous dire que ça c’est rare quand ça m’arrive !

1

Publicités

Une réflexion sur “Room Hate – Penelope Ward

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s