Et mes yeux se sont fermés – Patrick Bard

et mes yeux se sont fermés.png

J’avais très envie de le lire suite à ma lecture de Ma meilleure amie s’est fait embrigader de Dounia Bouzar, que j’avais fortement aimé. Mais là c’est sensiblement différent car ce n’est pas  uniquement l’embrigadement qui est évoqué mais aussi le passage à l’acte, le départ pour Raqqa ainsi que le retour et l’après.

On suit au cours de ces quelques pages le personnage principal de Maëlle qui prend la parole lors du 1er chapitre du roman où elle nous raconte comment tout à commencé. On retrouve la technique de l’embrigadement via les réseaux sociaux qui était extrêmement bien expliquée dans le roman de Dounia Bouzar. Et force est de constater, que la technique est bel et bien la même. Mais on ne retrouve pas que ça dans ce roman. En effet, Maëlle n’est pas le seul personnage à raconter son histoire.

De nombreux personnages prennent la parole : sa mère, sa sœur biologique, son ex-petit ami, son mari, une de ses « sœurs », son prof de français, sa camarade de classe musulmane ou encore la femme qui l’a pris en charge à son retour et j’en passe. C’est comme si c’était eux qui construisaient l’histoire, eux qui nous racontaient le changement de Maëlle après son retour. En réalité chacun apporte son petit plus, chacun ajoute sa patte et permet de recoller les morceaux de l’histoire de Maëlle Car on sait qu’elle est revenue et ce dès le 1er chapitre, mais le reste est vide. Les chapitres se suivent donc à la perfection et s’imbriquent parfaitement pour reconstituer petit à petit toute l’histoire.

C’est donc le passé qui se mêle au présent au cœur de plusieurs voix. Cela donne une forte dimension au roman. C’est un choix certes ambitieux et original de l’auteur. Il apparaît difficile de faire parler autant de personnages et ce surtout sans être redondant dans les propos. Et pourtant Patrick Bard y arrive parfaitement. Le fait de faire parler autant de personnes différentes, proches ou moins  proches de Maëlle prouve l’impact d’un tel changement.

En fin de compte, Maëlle est un personnage qu’on n’a pas trop le temps d’apprendre à connaître avant l’événement. Mais sa mère nous décrit la jeune fille d’avant  et nous permet donc de la cerner : l’ado rebelle n’aimant pas l’injustice. Et du tout au tout on passe à Ayat, la fille de 16 ans, dont le rêve est le Shâm, mariée à un djihadiste et qui espère qu’il meure en martyr afin qu’elle soit la femme la plus fière. Bien qu’on n’ait pas le temps d’apprendre à la connaitre plus que ça au final, son histoire ne peut que nous toucher toutefois. J’ai été très compatissante au long de ma lecture envers cette jeune fille qui a subi un lavage de cerveau. Encore une fois, ce roman prouve bel et bien que cela peut toucher tout le monde, et ce à n’importe quel moment.

L’histoire est très réaliste car extrêmement bien racontée par l’auteur. Tout n’est pas rose, on ne fait pas dans la dentelle. Certains passages sont durs, froids. Ils marquent, ils choquent. Même une fois de retour en France on est dans l’incertitude. On se demande si Maëlle n’a pas atteint un point de non retour, et en même temps on n’espère pas. Je peux vous dire que j’y ai vraiment cru.

Comme vous pouvez donc le constater, je développe un réel intérêt pour ce genre de roman traitant de l’embrigadement des jeunes. Et je considère que ce roman doit être lu. Et mes yeux se sont fermés doit être mis entre les mains d’ados afin qu’ils sachent comment ça fonctionne, afin qu’ils ne se fassent pas « avoir » (si on peut dire ça comme ça), mais également pour comprendre tout ce que cela implique. Mais c’est un roman qui doit également être mis entre les mains d’adultes. Car c’est un roman réellement enrichissant et que ça pourrait aussi éventuellement aider des parents à reconnaître les signes. Et puis surtout c’est un roman qui fait réfléchir, qui fait s’interroger, et qui prouve que même dans les situations les plus catastrophiques, il y a toujours une lueur au bout du tunnel.

Une lecture percutante, l’histoire de Maëlle ou Ayat mais aussi celle de toutes les personnes qu’elle a entraînées dans sa chute.

Je remercie Véronique et les éditions Syros qui m’ont permis cette très belle découverte.

Publicités

2 réflexions sur “Et mes yeux se sont fermés – Patrick Bard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s