S’enfuir – Martyn Bedford

s'enfuir.png

En partenariat avec les éditions Nathan que je remercie fortement.

A vrai dire, j’ai vraiment du mal à chroniquer ce roman parce que je ne sais pas trop où se situe mon avis. J’ai aimé ma lecture, j’ai passé un agréable moment, mais en même temps il y a ce petit truc qui me dérange et qui m’empêche de dire que c’était une très bonne lecture.  Et j’ai du mal à déterminer justement quel est ce petit élément qui m’a gêné.

Dans ce roman on rencontre Gloria, une jeune fille de 15 ans qui du jour au lendemain, va disparaître aux côtés d’Uman, ce garçon qu’elle connaît si peu, mais qu’elle a suivi en toute confiance.

Gloria est une jeune fille totalement banale, elle n’a rien de particulier qui l’a caractérise mis à part le fait qu’elle soit une élève sérieuse, qui n’a pas pour habitude de sécher les cours. Et pourtant, le jour où elle va rencontrer Uman, elle va se métamorphoser. Elle est totalement hypnotisé par ce personnage hors du commun. Et ça pour être hors du commun, il l’est ! Pour tout vous dire j’ai eu un peu de mal à le suivre parfois dans ses réflexions. Ceux sont deux personnages marginaux qui vont se révéler au fil des pages.

L’histoire est tout à fait réaliste, l’auteur arrive à retranscrire les bons comme les mauvais côtés d’une telle fugue. On voit Gloria qui se questionne constamment, qui s’inquiète pour ses parents. On voit au fil des jours que tout n’a pas été rose, ils ont d’ailleurs été confronté à de nombreux problèmes tels que la faim, les mauvaises rencontres, etc.

Et sincèrement je crois que le soucis vient de là en réalité. Avant de commencer ce roman, je m’attendais à avoir une fugue joyeuse, juste deux gamins qui décident de se casser ensemble. Je pensais trouver le récit de deux ados, en quête de liberté, qui prennent leurs cliques et leur claques, et aller s’éclater à l’autre bout du pays pour voir ce que ça fait de s’auto-gérer et de ne plus être soumis à l’autorité parentale. Ce n’est pas pour autant que le thème de la fugue n’aurait pas pu être traité avec sérieux. Finalement ce n’est pas du tout léger, j’ai même trouvé l’ambiance bien trop pesante pendant tout le roman. A aucun moment je n’ai trouvé une situation drôle. S’enfuir est certes une ode à la liberté, mais de façon beaucoup trop obscure, ce que j’ai trouvé quelque peu dérangeant.

J’ai toutefois, énormément apprécié la façon dont l’histoire est raconté. En effet, dès le début du roman, on se rend compte que Gloria est en train de se faire interroger par la police. J’ai d’abord pensé que l’histoire nous était raconté à l’envers, c’est à dire que l’on allait commencer par l’interrogatoire pour poursuivre ensuite par la véritable histoire de cette fuite. Mais pas du tout, en réalité l’histoire nous est raconté tout au long de l’interrogatoire. C’est Gloria qui nous raconte cette fuite au travers des questions qui pose l’inspecteur de police. D’ailleurs chaque chapitre correspond à une question posée à Gloria lors de cet entretien.

J’ai lu le roman en très peu de temps, certes, j’ai eu du mal à démarrer, mais une fois sur ma lancée, cela a été difficile de le lâcher.  Je voulais en savoir plus sur Uman, sur le déroulement de leur escapade, et sur la fin. L’auteur a les mots juste et est agréable à lire.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la romance n’est pas très présente dans ce roman : ce n’est pas le sujet principal.On retrouve la liaison entre les deux personnages tardivement dans le roman, et en arrière plan. L’auteur met en avant l’aspect psychologique. Les personnes sont extrêmement bien travaillés, très complets, ce qui est fortement appréciable.

Pour finir, j’ai également été quelque peu déçue par la fin. Au final on a cette histoire de fugue, qui traîne sur la longueur, et cette fin que j’ai trouvé si bâclée par rapport au reste du roman. Comme j’ai souvent tendance à le dire, un épilogue aurait pu faire la différence !

Un roman original, des personnages très travaillés et une écriture sympathique, mais le thème de la fugue traité d’un côté trop obscur.

Publicités

8 réflexions sur “S’enfuir – Martyn Bedford

  1. froggy80 dit :

    Houain… 2 avis mitigés dans la même soirée sur ce roman… C’est pas trop bon signe!!! Je continue à avoir envie de m’y plonger, mais je vais attendre de lire d’autres avis afin de voir l' »urgence » de cette lecture!

    Aimé par 1 personne

    • L'écho des mots dit :

      Mon avis est mitigé mais reste toutefois plutôt pas trop mauvais. J’ai lu très vite ce roman et je l’ai quand même apprécié d’un côté. Je sais juste que j’ai été gênée par 2/3 petits points pour dire que c’était une super lecture… j’ai vu d’autres avis très bon

      J'aime

  2. Pleack dit :

    Hum, comme toi je pense que j’aurais préféré quelque chose de plus joyeux et moins axé sur toutes ces questions ^^. C’est dommage, traiter un sujet avec plus de distance et de liberté (c’est le mot) est parfois plus attrayant !
    La couverture est bien belle en tout cas ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s