Pourquoi je n’écris pas ?

machine à écrire.png

Souvent la passion de la lecture va de paire avec celle de l’écriture. D’ailleurs c’est fréquent que les blogueurs allient les deux. Les auteurs, la plupart du temps sont avant tout des lecteurs, plus ou moins assidus. Quant à moi, je fais partie d’une minorité de blogueurs qui n’aime pas écrire…

Je pense qu’au départ le problème ne vient pas de la forme écrite, loin de là.. La preuve en est que je suis actuellement en train de vous écrire, et que j’y arrive plutôt facilement sur le blog. Depuis toute petite, comme vous tous, je suis confrontée à l’écrit et à l’oral. L’oral a toujours été ma bête noire, alors forcément je me sens plus à l’aise à l’écrit. Au cours de ma scolarité, de mes études, je n’ai jamais été bloquée par le fait de devoir écrire un commentaire de texte, rédiger une dissertation. Quotidiennement encore, avec les études de droit que je fais, je dois rédiger des commentaires d’arrêts, des cas pratiques, etc.

Et pourtant au collège et au lycée, j’ai toujours été rebutée par les « rédactions », ensuite appelés « écrit d’invention ». Je peux vous dire assurément que c’était loin d’être l’amour fou avec le français dans ces cas ! Les exercices où il fallait inventer un morceau de l’histoire, une suite, réinventer un passage, ce n’était vraiment pas mon truc… Et en réalité, ça ne l’est toujours pas puisque je n’aime pas écrire.

Longtemps je me suis posée la question : Pourquoi ? Pourquoi je n’arrivais pas à exceller dans ce type d’exercice et pourquoi je n’y prenais pas plaisir ? Pourquoi je ne suis pas capable de m’inventer une histoire et de la coucher ensuite sur papier ? Juste pourquoi… On pourrait mettre ça sur le compte d’une affinité, dire que tout simplement ce n’est pas mon truc, tout comme le sport n’est pas fait pour moi par exemple. Pourtant, comme beaucoup de blogueurs, j’ai souvent rêvé que je passais de l’autre côté et cette fois-ci n’étais plus une simple lectrice, mais étais devenue auteur. Que j’avais réussi à créer des personnages, une intrigue, un univers de toute pièce. C’est donc bien là la preuve que des fois j’aimerais être capable d’écrire un truc génial, de gribouiller des pages et des pages jusqu’à obtenir une histoire qui tient debout.

Mais j’ai un blocage : l’imagination ! Souvent, dans ma scolarité, on m’a fait le reproche d’être un peu trop scolaire. Malheureusement, c’est exactement ce que je suis : je ne suis point créative, inventive. La lecture pourtant devrait m’aider. On s’inspire de tout un tas de romans que l’on a lu et puis arrive soudainement une idée géniale, originale qui sera le point de départ. La lecture, dans mon cas, ne m’aide pas, je dirais même qu’elle m’handicape. On pourrait donc croire que je ne suis pas rêveuse, mais ce n’est pas le cas. J’ai tout simplement pas l’imagination nécessaire pour arriver à un résultat. Je n’arrive pas à me détacher de ce que j’ai lu au point que si je devais me lancer dans l’écriture d’un roman probablement que je sortirais un mélange de déjà vu.

C’est la raison pour laquelle je n’aimais pas ce type d’exercice au collège ou au lycée, tout simplement car je n’arrivais pas à inventer quelque chose d’original qui m’aurais rendu fière. On peut penser que j’étais vraiment très mauvaise, j’étais seulement moyenne. Je n’excellais pas, sauf une fois. Une seule fois, en 3ème j’avais eu une bonne note, même la meilleure note de la classe en rédaction : 18 pour une histoire de cochons qui avaient mangé un enfant ! Je pensais même la faire encadrer pendant un moment ^^ C’est la seule fois où j’ai été fière de ce que j’avais fait, mais en réalité, j’avais seulement réussi car j’avais réfléchi déjà depuis plusieurs jours avec ma mère au sujet. Je pense sincèrement que si j’avais pas eu d’indication sur le sujet auparavant, je n’aurais jamais réussi un tel sujet.

Je me dis que peut-être que l’imagination se cultive. Peut-être qu’avec un peu d’entraînement je pourrais aimer ça. A voir si dans quelques années, j’aurais toujours la même vision des choses. Peut-être qu’avec plus de vécu je pourrais plus facilement me raconter des histoires, en inventer. Je pense surtout que le pouvoir d’écrire, c’est un talent, un talent naturel qui n’est pas donné à tous le monde. Et mêmes si les écrits ne se valent pas forcément tous, j’admire tout ceux dont la passion est d’écrire, écrire leurs pensées, écrire une histoire. Ce n’est pas parce que je n’aime pas ça, que je ne respecte pas le travail fourni par les autres. Justement, je trouve ça réellement beau d’avoir une telle passion et une telle capacité. Pour ma part je sais déjà que je ne trouverais jamais les mots nécessaires qui feraient de moi « auteur ». Je n’ai pas la patience de m’installer devant une table et de me dire, tiens aujourd’hui tu essayes d’écrire tant de pages, car je sais que les idées mettront trop longtemps à arriver. Je me rends compte que j’ai un énorme problème de ce côté-ci, je met énormément de temps à écrire mes chroniques aussi et ne trouve pas forcément les mots justes alors qu’il ne s’agit seulement que de retranscrire mon avis.

Même si rien n’est impossible, même si un jour je venais à avoir une telle inspirations que je pourrais créer plusieurs histoires en même temps, je ne le ferais pas. Car au-delà de mes problèmes d’imagination, d’inventivité, je reste bloquée par l’écriture. Je n’aime pas ça, je n’y prends aucun plaisir. Tout est lié au final et y contribue. Je reste donc une lectrice, une grande passionnée des livres mais jamais je ne franchirais la barrière pour passer de l’autre côté !

Dites moi si vous écrivez en commentaire ! Si oui, comment vous vient l’inspiration ? Si non, pour quelles raisons ? Mon article est probablement brouillon et part dans tous les sens mais j’avais envie d’aborder ce point et vous partager ma relation avec l’écriture.

Publicités

18 réflexions sur “Pourquoi je n’écris pas ?

  1. LaFouineuse (@LaFouineuseBlog) dit :

    Je suis comme toi, je manque d’imagination..
    D’après mes filles et mon mari, ma mère aussi d’ailleurs, j’aurais de quoi écrire, et le potentiel.. Mon mari aimerait que j’écrive ma petite vie, mon parcours.. Des fois je suis tentée, mais je suis une flemmarde, et je préfère lire, m’évader plutôt que de penser à ma petite vie.. et écrire sur mes lectures, c’est tellement plus intéressant je pense.. En tout cas, je ne me sens pas capable d’écrire de grands textes.. Je pourrais écrire un article par ci par là, pour parler d’une anecdote, une pensée.. mais en même temps, il faut un certain charisme, de l’assurance, de la confiance en soi… que je n’ai pas 😉

    Bon, là j’ai commenté alors que tu voulais avoir l’avis de ceux qui écrivent, mais bon, en même temps je suis bavarde, alors fallais bien que je t’écrive un roman , hein ? lol

    Aimé par 2 people

  2. nosamislesmots dit :

    Même si je n’ai malheureusement aucun talent pour l’écriture, c’est quelque chose que j’adore. L’imagination me vient en grande partie des livres. Un univers particulier, le caractère d’un personnage, l’intrigue…Tout cela m’inspire et me donnent envie d’inventer de nouvelles choses. Je trouve aussi l’imagination dans la vie quotidienne, c’est une source intarissable.

    Tout comme toi, j’ai du mal à me convaincre de m’installer pour me mettre à écrire. Mais quand je démarre, j’ai du mal à m’arrêter.

    J'aime

  3. lasorcieredesmots dit :

    Je te comprends, et je suis contente que tu soulève un point essentiel, c’est que pour écrire, il faut d’abord imaginer. J’en ai eu des conversations avec des personnes qui s’imaginaient écrivains, mais qui ne se concentraient que sur l’aspect écrire, c’est-à-dire qui ne pensaient qu’à écrire, de manière un peu scolaire. Et qui n’avaient pas forcément d’imagination. C’est pourtant la condition première. Personnellement, j’ai commencé à imaginer des histoires bien avant de savoir écrire. Cela a même été un frein au début de ma scolarité dans l’apprentissage de la lecture/écriture, car j’étais toujours dans l’imagination et je n’arrivais pas à suivre les règles :). En ce qui concerne mon imagination, ça vient d’un rien, c’est naturel. C’est comme respirer ^^ C’est bateau de dire ça, mais je le ressens comme tel, puisque je suis autant capable d’imaginer une histoire à partir d’Harry Potter que de m’inspirer de séries télévisées. Je me souviens même avoir impressionné ma famille en ayant imaginer un crossover, qui tenait à la route, avec 5 séries policières américaines qu’on regardait ^^ Sinon ça peut être une chanson, etc… Il faut que ça me touche pour que je puisse en faire quelque chose.
    C’est tout à ton honneur de ne pas écrire. Ce n’est pas parce que tu es blogueuse littéraire que tu dois écrire. Ce n’est pas obligatoire. Et j’admire ton courage de ce retour sur ton expérience, de savoir que tu es peut-être trop scolaire pour cet exercice.
    Merci pour ton article, c’est toujours bien de savoir comment les autres ressentent ce genre de choses 🙂

    J'aime

  4. voyageusedesmots dit :

    En ce qui me concerne oui j’écris et depuis peu je partage sur un site.
    J’ai besoin de ce prisme de la fiction pour me livrer et évacuer ce que je ressens. Comme toi, j’ai toujours eu un problème avec l’oral, alors le style graphique (dessin et « rédaction ») ont toujours été des exutoires secrets.
    J’avais peur de montrer ce que j’écrivais au départ. Puis par défi, sur le forum de dessin où je suis inscrite j’ai commencé à poster. Et ça a plu alors j’ai continué à écrire des petites nouvelles ayant pour contexte le domaine des beaux-arts, puis d’autres thèmes par la suite. Un jour, une des inscrite ma proposé de participer à un concours d’écriture qui avait lieu dans sa région. J’ai rédigé ce texte en moins d’un mois. C’était le premier concours auquel je participais et j’ai eu le premier prix. C’était un moment extraordinaire dont je suis très fière. Par la suite, je n’ai pas remporté d’autres concours, mais le plaisir de faire se confronter mon texte à des avis extérieurs, même s’il ne faut pas attendre de retour est motivant.
    En ce moment, je retravaille une série de nouvelles sous forme de roman. J’ai même envoyé le premier au concours Gallimard-jeunesse…
    C’est quelque chose de très éprouvant. En reprenant ce texte, en allant plus loin, je réalise tout ce que je livre. Cette fiction est réellement un morceau de moi. J’ai demandé à des amis à le corriger pour éliminer toutes les fautes d’orthographes récalcitrantes(ma plus grande hantise) et les incohérences. Quand la clause de préférence sera expirée, je pense l’envoyer à des éditeurs. Qui ne tente rien, n’a rien. S’il est refusé, c’est qu’il n’est pas assez travaillé pour captiver dès les premiers mots.
    Je suis incapable de rigueur pour le rythme d’écriture, c’est selon ce que j’ai besoin de faire. Tout comme Lasorcièredesmots, j’ai beaucoup d’imagination et j’ai eu du mal à intégrer les règles de grammaires, il a fallu que je passe par le sens pour les intégrer.
    Je n’aime pas écrire pour écrire. Ca doit être un plaisir, et si ton plaisir est d’écrire sur tes lectures et bien tant mieux!
    Tu dois en être fière. Tu es fidèle à toi même et c’est rare. Avec l’explosion d’internet, trop de gens se font passer pour ce qu’ils ne sont pas.

    J'aime

  5. Cupcake dit :

    Personnellement j’écris. J’écris autant sur mon blog que dans la vie personnelle et j’ai commencé lorsque j’étais au collège. J’ai toujours eu grande imagination, sans doute parce que je n’avais pas beaucoup d’amis et donc l’écriture était un échappatoire qui m’a permis de survivre à pas mal de choses. Et puis j’ai toujours voulu publier un livre donc voilà !

    J'aime

  6. mabu dit :

    C’est assez curieux, parce que j’ai l’impression que mon cas est un mélange un peu hybride entre les « non-auteurs » comme toi et les écrivains inspirés. Longtemps, j’ai rêvé d’écrire un livre : j’ai eu et j’ai toujours des idées d’histoires, et j’ai notamment beaucoup écrit quand j’étais au collège (presque un demi-livre héhé), et pourtant avec le temps je me suis rendu compte que je n’avais pas vraiment la plume et l’intuition nécessaires à un bon écrivain : j’ai toujours régulièrement des idées, que je note pour les avoir sous le coude au cas où, mais je ne me sens absolument pas capable d’en faire quelque chose de concret ! Je ne suis que très rarement satisfaite de ce que j’écris (sauf mes chroniques, ça ça va haha) et je préfère de très loin encourager et admirer ceux qui ont ce super talent et la motivation qui va avec 😉 Je n’ai pas de blocage, mais pas vraiment la volonté de projeter de l’autre côté de la chaîne du livre non plus, voilà tout 🙂

    J'aime

  7. Iris Sireadbooks dit :

    Etant une fan incontestée de littérature, je me suis dit un jour et si j’essayais aussi? C’était à Noël l’année dernière, je m’en rappelle encore. Je me suis installée devant mon écran, j’ai fait une liste de personnages et me suis dit aller, je me lance. Bien entendu, j’ai commencé à écrire une histoire dont l’héroïne était un peu moi et où j’exorcisais tous mes démons. Ca n’a pas été trop loin. Finalement, la trame était trop compliquée.. Mais l’exercice me plaisait bien. Je m’y suis remise en août avec une autre histoire avec laquelle j’ai participé au concours Fyctia et je me suis classée vingtième sur plus de 100 participations. J’ai reçu énormément d’encouragements et je me suis dit, tiens, ce n’est peut-être pas si mauvais que ça. Et sincèrement, quand je compare les deux histoires (et autres que j’ai écrit entre), la plus récente est mille fois meilleure que l’autre (même si toujours pas à un niveau d’édition, d’ailleurs je ne suis pas sure que j’irais aussi loin, ça me demande un temps de dingue et je sais que le niveau n’est pas encore là)… et puis cette histoire me tient vraiment à coeur, je me suis accrochée à mes personnages en 3 mois et je me réjouis déjà de les retrouver pour continuer leur aventure.
    Tout ça pour dire que l’écriture c’est un travail sur la durée, je sais que le niveau n’est pas encore génial, mais en me relisant, je me rends compte qu’il est déjà meilleur qu’au début. Il faut s’entraîner. Bien sûr il y a des gens chez qui c’est inné mais d’autres pas (haha) 🙂
    Enfin voilà, je ne vais pas t’écrire un roman non plus (hihi), tout ce que je peux te dire, c’est de ne pas te fermer la porte comme ça. Il ne faut pas nécessairement une imagination débordante, tu peux aussi écrire parce que cela t’aide, te fait envie.. Mais ne te dis pas trop vite non, qui sait un jour ? 🙂

    J'aime

  8. pikamaryllis dit :

    Pour ma part, j’écris surtout des fan fictions parce que j’ai toujours aimé m’inventer des histoires depuis que je suis petites et remagner celle des autres en ajoutant des choses ou des personnages. Les idées me viennent souvent naturellement et c’est même parfois pénible car j’ai un millions de début de fiction surtout xD ! Mais j’ai jamais vraiment sauté le cap d’écrire ma propre histoire de toute pièce parce que je me sens pas capable et d’aller au bout. Donc pour le moment je reste dans la fanfiction ça me convient ^^ En même temps ce n’est pas vraiment etonnant en soit car contrairement à toi les sujet d’invention et de réécriture en français c’était ce que je préférais 😉

    J'aime

  9. Léna Bubi dit :

    J’aime bien écrire^^ Aussi bien lorsque je suis triste que contente… Cela vient tout seul : tout d’un coup, j’en ressens le besoin, il faut que j’écrive pour me sentir mieux après, alors je prends un stylo, une feuille et voilà… Mes « minis » histoires résultent souvent de mon état d’esprit du moment 😉 Avant, j’écrivais plutôt des poèmes et depuis cette année, j’écris de très courtes de nouvelles 😀
    Super article♥ Très intéressant =)

    J'aime

  10. Ludo dit :

    Je crois que tu n’ai pas forcément la seule dans ton cas :p
    Pour ma part, je ne me sens pas à l’aise quand j’écris ! Et le pire est que ce n’est pas le manque d’imagination qui me bloque… En fait j’ai souvent l’idée, tu sais du genre il va se passer ça, parce que ça et ça se termine comme ça… Mais je n’arrive pas à mettre les fioritures autour. C’est nul, ça m’énerve et tu coup je n’écrirais jamais je pense 🙂

    Aimé par 1 personne

  11. Marie des Neiges / inside the magical box dit :

    J’ai beaucoup aimé lire ton article. Tu ne penses peut-être pas avoir une fibre créative que tu puisses exprimer par l’écriture mais en tout cas, j’ai trouvé ta plume très fluide et agréable à lire! Inspiration est quelque chose de difficile. Personnellement, elle va et vient de façon très aléatoire (ce qui n’est pas pratique du tout haha)! Et puis, chacun a ses points fort. Si je m’en sors bien en écrit d’invention, les commentaires littéraires ont toujours été un enfer! Et être une grande lectrice ne m’a jamais aidé…

    Aimé par 1 personne

    • L'écho des mots dit :

      Merci pour ce superbe commentaire 😊 c’est toujours intéressant d’avoir des avis extérieurs ! Je ne dirais pas que j’ai un talent pour l’écriture d’articles ou de chroniques mais les mots viennent plus facilement que si je devais tout créer de toute pièce. Il est plus facile pour moi de mettre des mots sur un ressenti ou encore écrire un article de ce genre. Je suis contente que tu ais trouvé ceci agréable. J’ai l’impression que pour beaucoup l’inspiration peut venir à n’importe quel moment. Tout comme tu le dis il en faut pour tous les goûts, on ne peut pas être bon partout et savoir tout faire, et heureusement.
      Peut être qu’être grande lectrice peut être source d’imagination mais je suppose que cela peut contraindre également..

      J'aime

  12. Sissi dit :

    Je trouve cet article super. On réfléchit toujours à « pourquoi on écrit » et pas suffisamment à « pourquoi on n’écrit pas ». On peut aimer lire sans aimer écrire (l’inverse est rarement vrai) et on peut aussi décider d’écrire ou de ne pas écrire à un moment donné pour changer d’avis par la suite, mais en tout cas je trouve ta réflexion très intéressante !

    Aimé par 1 personne

    • L'écho des mots dit :

      Me sentant un peu seule à ne pas écrire et voyant fleurir les articles sur l’écriture ces derniers temps j’avais envie de partager mon ressenti. Je préfère découvrir les univers créés par les autres que créer le mien, une histoire et des personnages de a à z. Peut être qu’un jour je m’y mettrai, qui sais ! Contente que cet article t’ai plu en attendant 😊

      Aimé par 1 personne

  13. totorotsukino dit :

    je comprends encore une fois, mon entourage est persuadé qu’un jour j’écrirai des livres (j’en lis tellement), mais moi je ne pense pas. Je n’ai pas d’histoire en tête, j’ai l’impression que tout a déjà été écrit, et quand j’écrivais des rédacs au collège/lycée je n’aimais pas me relire, je n’aimais pas mon propre style, je le trouvais trop enfantin. Pourtant j’adore écrire, mais si moi même je n’aime pas ce que j’écris, c’est un problème je trouve x)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s