La fac de droit pour une littéraire ?

Capture.PNG

Depuis quelques temps, à vrai dire, depuis que j’ai lancé cette nouvelle catégorie « Lifestyle », j’ai envie de vous parler de mes études. Finalement en voyant que le portail APB vient d’être ouvert, je me suis dit que c’était le bon moment de vous en parler. Je vous parlerais donc qu’en mon nom et surtout mon parcours jusqu’à maintenant car il se trouve que chaque fac fonctionne différemment. Si bien que ma fac de droit n’a pas le même fonctionnement que telle autre fac de droit à Paris par exemple. De même pour les cours dispensés dans ma licence ne seront pas les mêmes ailleurs ou du moins pas forcément dans le même semestre. Cet article s’adresse principalement aux collégiens, lycéens mais peut tout de même intéresser quelques petits curieux !

MON PARCOURS 

Alors que je venais d’entrer lycée, j’avais quelque peu du mal à me décider pour une filière. J’avais cet avantage d’être à peu près d’être équivalente dans les matières scientifiques comme littéraires donc toutes les possibilités s’ouvraient à moi. Ma prof de maths voulait me voir en S car j’avais de très bons résultats mais je penchais plutôt vers ES. Et puis finalement je suis allée en L tout simplement car j’avais toujours été passionnée par la littérature.

Puis arrivée en terminale, c’est de nouveau l’heure des choix et cette fois-ci pour ce qu’on fera une fois le bac obtenu. En premier vœu, j’avais placé prépa littéraire, et en second fac de droit (celle de Limoges). Je suis allée aux portes ouvertes des deux établissements. Lors de la visite de la prépa, j’ai très vite été étouffée dans les locaux tout simplement car c’était un lycée évidemment mais qu’en plus de ça, c’était encore plus vieillot que le lycée où j’étais. Le discours des profs ainsi que les témoignages des élèves m’ont vite refroidi. A quoi bon faire une prépa alors que je savais que je n’y serais pas bien ? J’ai tout de même décidé de le laisser en premier vœu simplement pour mon ego personnel : je voulais simplement voir si j’étais prise puis me désister et m’inscrire à la fac de droit. Oui, je suis sacrement tordue vous me direz ! Finalement dans les 10 dernières minutes avant la clôture des vœux, j’ai décidé d’inverser la prépa et la fac faisant passer la licence de droit en vœu 1.

Revenons-en au présent maintenant : j’ai 19 ans et suis actuellement toujours à la fac de droit et qui plus est en 3ème année de licence (et on pourrait même dire que je suis en train d’affronter mon dernier semestre !). Je peux vous dire que jamais je n’ai regretté ce choix vis-à-vis de la prépa, c’est vraiment la chose que je ne regretterais jamais. Je sais que la prépa et la fac, ce n’est pas le même niveau, que avoir fait une prépa c’est toujours un plus sur un CV, mais je pense que ma santé mentale j’ai fait le meilleur choix.

QUI PEUT FAIRE DES ETUDES DE DROIT ? 

Ça peut vous paraître bête ce que je vais dire mais tout le monde peut faire des études de droit. J’entends par là que peu importe la filière que vous faites au lycée, vous pouvez vous diriger vers ce type d’études. Que vous soyez en bac général (L, ES, S), technologique ou professionnel, les portes de la faculté de droit vous sont ouvertes.

Avons-nous plus de chances de réussir notre L1 si nous venons de telle filière ? Je me suis d’ailleurs permis de vérifier les statistiques sur le site de ma fac concernant le taux de réussite des étudiants lors de ma L1 en fonction du bac qu’ils avaient obtenu. Il semblerait que les bacs professionnels ou technologiques seraient les plus « défavorisés ». Pour exemple, en bac pro sur 36 inscrits, seul 1 a été admis. Et contre toute attente, ce sont les S qui arrivent largement en tête avec 59,4% de réussite.

C’est donc bien là la preuve que peu importe le bac que vous faites, que vous aller passer ou avez obtenu, vous pouvez faire des études de droit et surtout les réussir. Il faut savoir qu’en première année, on est nombreux, beaucoup abandonnent très rapidement car ils ne savent pas réellement pourquoi ils sont à la fac, ou tout simplement que ça ne leur convient pas comme orientation (la réorientation peut être un réel bien !). Mon année nous étions 451 inscrits, et seulement 188 ont été admis (sont compris ceux qui ont eu l’année du premier coup et ceux qui sont passés par les rattrapages). Mais pas de panique ! C’est largement faisable, il suffit de s’en donner les moyens !

Y a-t-il un bac qui préparerait mieux aux études de droit ? Selon moi non, clairement. Le droit est une matière nouvelle pour quasiment tout le monde. Sauf peut être à part le bac STMG qui comprend une matière « Droit » il me semble. Beaucoup diront « oui, pour faire des études de droit le mieux c’est d’être passé par un bac ES car c’est ce qu’il y a de plus proche ». C’est faux ! Certes le bac ES est plutôt divers, il est plutôt accès sur l’actualité, ce qui peut être un point fort pour les études de droit, mais les bacs L et S ont eux aussi leurs avantages. Le bac L notamment permet d’acquérir de très bonnes qualités rédactionnelles ce qui vous servira forcément aux partiels lorsqu’une dissertation ou un commentaire d’arrêt sera demandé. Quant au bac S, lui vous aidera pour comprendre le raisonnement juridique ou à avoir un bon esprit de synthèse. Donc non, il ne faut pas avoir absolument fait une filière économique et sociale au lycée pour réussir ses années de droit, loin de là !

LE DÉROULEMENT DES COURS

Souvent, la fac peut faire peur. On ne sait pas comment cela va se passer, on ne connaîtra quasiment personne, on ne sait pas comment se passent les cours, etc. Personnellement j’ai de  la chance car je suis dans une petite fac qui dispense les licences et masters en droit, économie et AES (Administration économique et sociale), mais la filière de Droit reste la prépondérante. Pour vous donner quelques chiffres, en première année nous étions 450 à peu près et la fac doit comprendre environ 2 000 étudiants et doctorants et encore, je suis probablement généreuse.

Le maître mot est autonomie dans le sens où  aucun professeur ne regardera si vous êtes là (à part en TD). Les professeurs que l’on a communément en amphi ne savent rien de vous,  et ne seront pas derrière vous comme cela pouvait être le cas au lycée. Toutefois, la plupart sont ouvert à la discussion et donc il arrive fréquemment que certains aillent discuter avec le prof sur un point qu’ils n’ont pas compris. De même pour les professeurs de TD qui se tiennent souvent à disposition pour des conseils.

Nous avons donc des cours dispensés en amphithéâtres, appelés « Cours Magistraux » ainsi que des Travaux Dirigés.

  • Cours Magistraux (CM) : Tous les cours sont dispensés en amphi, qui sont des cours non obligatoires en principe et qui rassemblent toute votre promotion. C’est-à-dire qu’aucun appel ne sera fait, le prof vient pour faire son cours pour ceux qui sont là, les autres, tant pis. Ce sont dans les CM qu’est donné le cours de base, celui qu’il faut connaître pour les partiels.

 

  • Travaux Dirigés (TD) : Pour les matières jugées les plus importantes, en plus qu’elles soient dispensées en CM, nous les retrouvons en plus en TD. Chaque TD va durer 1h30 par semaine et cette fois-ci les étudiants se retrouvent en petit groupe de 25-30 dans une salle de cours. Le prof de CM ne s’occupera pas du TD : souvent les chargés de TD sont des doctorants qui le font en complément de leur préparation de thèse. L’anglais dans ma fac n’est dispensé qu’en TD à raison encore une fois d’1h30 par semaine. Les TD vous permettront d’approfondir les grandes thématiques d’un cours.

Pour ce qui est de l’emploi du temps, il n’est pas extrêmement chargé puisque nous avons entre 20 et 25h. Ce semestre-ci j’ai 22h30 de cours par semaine. L’avantage c’est que je n’ai pas cours le vendredi pour une fois et donc tous les cours sont concentrés sur les quatre premiers jours avec des amplitudes assez importantes. Il m’arrive souvent de finir tard le soir (19h-20h). Je ne sais pas tellement si cela est propre à la fac de droit mais par exemple ma sœur qui est en STAPS ne finit jamais après 17h30 le soir ou encore en Médecine, ils n’ont carrément pas cours les après-midi. Au final l’emploi du temps est donc bien moins chargé qu’au lycée mais malgré tout plus fatigant. De même, il faut savoir qu’il y a fréquemment les devoirs les samedis matins (et je peux vous dire que vous lever trois samedis de suite à 6h, ce n’est pas réjouissant !).

emploi du temps.PNG

Voici par exemple mon emploi du temps ce semestre.

LE TRAVAIL A FOURNIR

L’emploi du temps est « peu chargé » mais il faut fournir énormément de travail à côté. Il faut d’un côté réviser les cours, ou tout au moins le relire, le mettre en page correctement voir l’imprimer si le cours est pris par ordinateur. Il vaut mieux essayer de le voir petit  à petit même si c’est dur souvent de trouver le temps de le faire, mais ça évite d’arriver au dernier moment et de devoir réviser des cours de 80 pages sans se souvenir de rien.

Il n’est pas nécessaire de faire des fiches, même si vous êtes adeptes des fiches comme je l’étais, vous ne vous en sortirez jamais. Ça prend du temps, temps que vous n’aurez pas. D’ailleurs mon prof de fiscal au semestre précédent nous a dit « au lieu de vous plaindre du peu de temps qu’il vous reste pour réviser, au lieu de perdre un temps fou avec des fiches à la con, vous devriez déjà avoir un stabilo à la main et être en train de comprendre le cours et de surligner comme des fous ». Plutôt que de perdre donc du temps à faire des fiches qui vont prendre un temps monstre et ne servirons pas, je pense qu’il vaut mieux prendre ce temps-ci pour essayer de comprendre son cours, faire des annotations, des petits schémas.

Dis comme ça, cela donne l’impression qu’on a largement le temps de le faire chaque semaine dans le temps libre, sauf qu’il y a aussi les TD à préparer. Chaque semaine on a une plaquette à préparer pour chaque matière que l’on a en travaux dirigés. Au premier regard, elles peuvent faire peur (bon elles me font encore peur parfois !). Elles comprennent des arrêts, décisions de justice ainsi qu’un exercice juridique (cas pratique, commentaire d’arrêt ou dissertation). Certains ont les plaquettes à l’avance pour tout le semestre et peuvent donc s’avancer, ce n’est pas le cas dans ma fac. J’ai eu mes séances 1 en droit du travail et droit du fonds de commerce jeudi et dois les faire pour mardi (jour où j’ai ces deux TD). Mardi, le cours se déroulera de la façon suivante : le prof va nous faire un « rappel de cours » sur le thème abordé par la séance, puis nous étudierons l’ensemble des arrêts avant de faire une correction du commentaire d’arrêt ou cas pratique. C’est à la fin du TD que nous aurons la séance à faire pour la séance 2, et ainsi de suite. Il faut savoir que la préparation d’un TD, si on veut le faire correctement prend environ 6 à 8h. En première année j’avais 4 TD par semaine, en deuxième année 3 puis en désormais 2. La différence c’est qu’en première année, ce qu’il nous était demandé était bien moins important que maintenant et nécessairement cela prend plus de temps.

CZXQK_zWIAAMyLE

Et puis à cela il faut ajouter l’anglais, sauf que clairement l’anglais à la fac, ce n’est pas ce qui vous fea progresser. Souvent j’ai quelques exercices à faire pour la séance d’après, mais rien de très important.

LES EXAMENS

Nous n’avons pas de contrôle continu comme cela peut être le cas en licence de lettres ou langues. La seule chose qu’ils appellent contrôle continu est l’évaluation dans le cadre des TD et de l’anglais.

Toutes les matières sont donc passées lors d’un partiel à la fin du semestre c’est-à-dire décembre/janvier puis avril/mai. Les matières qui ne font pas l’objet d’un TD sont souvent évaluées lors de courtes épreuves d’une heure et ce sont tout simplement des questions de cours qui sont posées.

Pour les matières qui sont accompagnées de TD, c’est plus complexe. Il y une sorte de contrôle continu + l’évaluation finale en partiel. C’est là qu’interviennent les devoirs des samedis matins. En fait, par exemple, cette année j’ai pris droit du travail en matière à TD car nous pouvions choisir. J’ai donc cette matière à la fois en CM et en TD. Dans le cadre du TD une « colle » est organisée. C’est comme un partiel blanc : même type d’épreuve (commentaire, cas pratique ou dissertation), même durée d’épreuve sauf qu’elle est corrigée par le chargé de TD. Cette note peut être rehaussée par des points de participation orale si on participe régulièrement lors des séances, mais aussi de participation écrite si on rend au chargé de TD quelques-unes de nos préparations de TD. Cette note de TD compte 1/3 et le partiel compte 2/3.

Il vous suffit d’avoir 10 de moyenne sur l’ensemble des deux semestres d’une année pour valider son année. Sinon tout comme au bac, une séance de rattrapage est prévue à la fin de l’année (mois de juin) afin de repasser toutes les matières qui ne sont pas validées au 1er semestre et 2ème semestre.

LES MATIÈRES DISPENSÉES 

Pour ceux qui seraient intéressés par les études de droit, je me suis dit que ce serait plutôt sympa que j’évoque les matières principales abordées au cours des trois années de licences et de vous expliquer en quoi cela consiste car je vous avoue que souvent les intitulés font peur !

1er semestre :

  • Introduction générale au droit et méthodologie : Cours de 24h (CM) + 15h (TD), coef 4. Dans ma fac, ce cours est dispensé la toute première semaine de cours pour se familiariser avec le droit. C’est à dire que pendant la première semaine, on a eu que ce cours en amphi, pendant 5 jours, matin et après-midi.
  • Introduction historique au droit : Cours de 24h (CM) + 15h (TD), coef 5. Tout au long des années de droit, on retrouve de l’histoire. La grande partie de ce cours porte sur les sources romaines du droit.
  • Droit civil : Cours de 36h (CM)+ 15h (TD), coef 6. Lors de ce premier semestre, c’est le droit des personnes qui est étudié : les personnes physiques avec la personnalité juridique d’une personne, le nom, le domicile, l’incapacité d’une personne. Mais aussi les personnes morales qui sont évoqués.
  • Droit constitutionnel : Cours de 36h (CM) + 15h (TD), coef 6. Lors de cette première partie, les bases sont posées : la constitution (élaboration et adoption), les principes fondamentaux de l’Etat tels que la démocratie, etc.

2ème semestre :

  • Droit civil : Cours de 36h (CM)+ 15h (TD), coef 8. Dans la continuité du premier semestre, cette fois-ci, la famille qui est évoquée : le concubinage, le pacs, le mariage, le divorce et l’enfant.
  • Droit constitutionnel : Cours de 36h (CM)+ 15h (TD), coef 8. Nous avions abordé les institutions de la Vè République.
  • Relations internationales : Cours de 24h, coef 4. Ce cours présente les règles de droit encadrant les rapports entre les Etats et notamment les sources du droit international, les juridictions internationales, les organisations internationales.
  • Histoire du droit privé : Cours de 24h, coef 3. Nous avions vu au cours de ces 24h l’origine de la famille en droit, son histoire.

3ème semestre :

  • Droit civil : Cours de 36h (CM)+ 15h (TD), coef 6. Comme vous pouvez le constater, le droit civil rythme les années de licences et pourtant à chaque fois une thématique nouvelle est abordée. Au semestre 3, c’est la responsabilité délictuelle : la responsabilité des parents si leurs enfants commettent une faute, des enseignants si un des élèves en blesse un autre, ou encore des employeurs si un employé commet une faute. Pour résumer cela traite de la réparation des dommages. Ce cours était accompagné du cours Droit Civil les biens (24h de CM, coef 3).
  • Droit administratif : Cours de 36h (CM)+ 15h (TD), coef 6. Qu’est ce que l’administration ? quels  sont les types d’actes passés ? Ce cours était accompagné du cours Droit Civil les biens (24h de cM, coef 3)
  • Droit pénal :  Cours de 36h (CM)+ 15h (TD), coef 6.  Qu’est qu’une infraction ? Quelles sont les sources du droit pénal ? Comment appliquer la loi pénale ? Ce cours était accompagné du cours Histoire du droit pénal (24h de CM, coef 3)

4ème semestre :

  • Droit civil : Cours de 36h (CM)+ 15h (TD), coef 5. Cette fois-ci ce sont les contrats qui sont abordés : la notion de contrat, les conditions pour que soit formé un contrat, les effets d’un contrat.
  • Droit administratif : Cours de 36h (CM)+ 15h (TD), coef 5. Dans la seconde partie du cours nous avions vu les finalités de l’administration principalement avec la police administrative, le service public.
  • Histoire du droit public : Cours de 36h (CM)+ 15h (TD), coef 5. Il permet d’étudier l’évolutions des institutions telles que l’Etat.
  • Droit budgétaire : Cours de 24h (CM), coef 2.5.
  • Droit de l’union européenne : Cours de 24h (CM), coef 2.5.
  • Droit pénal : Cours de 24h (CM), coef 2.5.
  • Initiation droit des affaires : Cours de 24h (CM), coef 2.5.

5ème semestre et 6ème semestre :

  • Libertés publiques et droits fondamentaux : 30h puis 24h (CM) avec 15H (TD) ou sans, coef 5 ou 3. Au premier semestre, ce sont les libertés individuelles qui sont étudiées (le droit à la vie, la liberté de conscience, la liberté d’aller et venir, la protection de la vie privée, la libre disposition de soi), tandis qu’au second semestre ce sont les libertés collectives (la liberté de se grouper avec les manifestations, réunions publiques, associations, la liberté de communication, la liberté religieuse, et enfin la liberté de l’enseignement et dans l’enseignement).
  • Collectivités territoriales : 30h puis 24h (CM) avec 15H (TD) ou sans, coef 5 ou 3. Ce cours traite principalement des fondements de la décentralisation en France, les règles applicables aux collectivités territoriales (communes, départements, régions, etc).
  • Droit des groupements  : 30h avec 15H (TD) ou sans, coef 5 ou 3. Ce cours permet d’évoquer les associations, les syndicats, les entreprises, etc. Devient droit du fonds de commerce au second semestre :  24h (CM) avec 15H (TD) ou sans, coef 5 ou 3. Quels sont les éléments du fonds de commerce, les contrats.
  • Droit du travail : 30h puis 24h (CM) avec 15H (TD) ou sans, coef 5 ou 3. Le premier semestre permet de voir tout ce qui se rapporte aux relations individuelles au travail, soit la formation du contrat de travail, la rupture d’un contrat, le pouvoir disciplinaire et les sanctions. Tandis que le second semestre permet de voir les relations collectives notamment par l’intermédiaire des syndicats.

Il faut également ajouter l’anglais que nous avons à tous les semestres et qui est un coef de 1.5. Mais aussi le C2i que j’ai dû passer en première année : pour petite explication c’est la suite du B2i passé au collège, mais c’est bien moins une partie de plaisir. De même il y a le PPP (projet professionnel personnel) qui permet de travailler, approfondir un métier en particulier) et enfin le CLES 1 que je vais passer ce semestre et qui est une certification d’anglais à passer, qui se déroule sur une journée et qui comprends 4 épreuves : expression orale et écrite, compréhension orale et écrite.

Encore une fois, les matières exposées ici ne sont qu’un exemple. Il y a de fortes chances par exemple qu’un des cours que j’ai eu ne soit pas enseigné dans une autre faculté ou bien qu’un cours que j’ai eu L3 soit dispensé en L2 ailleurs.

———

Je ne vous cache pas que les études de droit sont faciles, loin de là. Souvent j’ai eu moi même envie de baisser les bras, et je suis sûre que cela va encore m’arriver dans les mois à venir. Mais en même temps, dans la vie, rien n’est facile et tout se mérite. Il faut donner du sien pour réussir quelque chose à cœur. Faire ses études en fac, peu importe que ce soit lettres, médecine, sciences, droit, etc, c’est loin d’être des vacances. Il faut s’accrocher, se donner les moyens de réussir. Rien n’est impossible ! Le principal est de ne surtout pas partir défaitiste. Il faut se préparer mentalement à prendre des coups durs. Le niveau ne se vaut pas tellement entre toutes les facs, il y a certaines filières où vous pourrez exceller naturellement en travaillant. Et d’autres où c’est plus difficile. Souvent les profs nous disent « je considère qu’à partir de 8 c’est une bonne note », oui, mais 8 ce n’est pas la moyenne, et se prendre plusieurs notes en dessous de 10 dans la figure ce n’est jamais bon pour le moral. Et pourtant, il faut s’accrocher et ne pas baisser les bras. La clé de la réussite est le travail essentiellement.

Mais il ne faut pas non plus vous tuer à la tâche, ce serait complètement néfaste pour votre santé. Les années de facs sont quand mêmes dans les plus belles années. Il faut en profiter et ne pas se faire bouffer par les études. Travailler certes, mais modérément. Essayez de vous organiser et tout ira bien. Vos années ne pourront que bien se passer si vous travaillez correctement, si vous y mettez du vôtre et si vous vous épanouissez dans vos études. Et dans le cas, où justement vous veniez à vous rendre compte que finalement le choix que vous aviez fait ne vous convenait pas, vous avez toujours la possibilité de vous réorienter, et ce à tout moment. Le mieux est de trouver sa voie, peu importe le temps que cela met !

Si certains d’entre vous ont des questions sur le fonctionnement de la fac en général, ou d’autres questions diverses concernant les études de droit, surtout n’hésitez pas, je me ferais un plaisir d’y répondre ! 

Publicités

8 réflexions sur “La fac de droit pour une littéraire ?

  1. JaneEyre dit :

    je sors de la fac de droit moi aussi (enfin j’ai eu mon master 2 de droit social en 2014), et c’est une filière exigeante mais il y a des débouchés (si on choisi bien sa spécialité) et surtout elles sont passionnantes! tu as une idée de la spécialisation que tu vas choisir ? Un bon conseil: donne toi à fond en M1 car le choix de ton master 2 va etre très important: choisis-en un de bonne renommée, en filière professionnelle, et distingue toi au maximum des autres!
    J’ai été major de promo dans un bon master, et ca m’a ouvert pas mal de portes!
    Bon courage 🙂

    J'aime

    • L'écho des mots dit :

      Coucou ! Merci beaucoup pour ton commentaire. Que fais-tu maintenant si ce n’est pas indiscret ?
      Le droit social m’aurait fortement intéressé pour un master mais je n’en ai pas chez moi et n’ai surtout pas la possibilité de partir, du coup le seul choix qui s’offre à moi est de choisir parmi les masters qui sont dispensés à ma fac, et puisque peu me plaise je pense me lancer dans le Master droit des affaires qui semble être celui où il y aurait le plus de débouchés. Et du coup pour le M2 je choisirais probablement droit de l’entreprise et patrimoines spécialisés. Ce n’est probablement pas un bon master puisque je suis dans une toute petite fac, mais c’est le max que je peux faire malheureusement. Si j’avais pu partir je serais probablement allée faire un master droit social à Bordeaux par exemple.
      Merci pour tes encouragements 🙂

      J'aime

  2. Ludo dit :

    Je voulais faire des études de droit quand j’étais tout gamin parce que je voulais être juge d’instruction comme dans « Les Cordier, juge et flics » :p
    Plus tard quand j’ai dû choisir mes études, j’ai dis le droit car ça m’étais resté en mémoire… Mais mon père n’a pas voulu; jugeant que je n’avais pas la tête pour. Finalement, plus tard, je me suis rendu compte qu’il avais raison… Je pense qu’il faut de la rigueur, peut-être plus que dans d’autre domaine, et je n’en avais pas du tout :p Finalement, je lui en veux pas ^^

    Aimé par 1 personne

  3. viensonpapote dit :

    Après une année à la fac de sciences à m’organiser avec des fiches, je pars en L1 de droit en septembre 2016. Faire des fiches est-il vraiment du temps perdu ? Elles ne nous apportent vraiment rien dans le droit ? Merci pour ton article qui, même si je sors pas du bac, m’a aidé!

    Aimé par 1 personne

    • L'écho des mots dit :

      Eh bien, je ne connais pas trop la charge de travail en sciences… Mais je suppose que si tu as fait ces fiches c’est que tu avais le temps de les faire. Concrètement en droit c’est impossible de faire des fiches. Ou alors il faut faire des fiches très condensées, ce qui est bannir puisque « en droit tout est important » (je cite une de mes profs). J’ai des copines qui faisaient des fiches mais ont vite abandonné car déjà ça prenait trop de temps et donc c’était impossible de suivre le rythme et ne pas se retrouver à la bourre. Compte qu’un cours de droit fait en moyenne 80 pages en licence, tu le multiplie par le nombre de matière et tu vois déjà l’étendue du travail. Tu risques vite abandonner les fiches si tu décides de tenter tout de même.
      Concrètement la méthode la plus efficace, bien qu’elle ne soit pas la plus simple, reste de réviser directement sur tes cours. Personnellement j’imprime tous mes cours car je n’arrive pas à réviser sur l’ordinateur (mais certains arrivent très bien à le faire) et j’apprends sur ces feuilles imprimées, grâce aux surligneurs et aux annotations. Et comme le plan est super important en droit, il m’arrive de prendre des feuilles types imprimante, d’écrire au centre le nom de la partie, de la section et de noter tout autour tout ce qu’on trouve comme grandes idées dedans, de façon très synthétique avec des flèches, points, tirets, etc.. je pense que tu vois le genre. C’est assez pratique pour me souvenir que si ça tombe sur ça, cette partie parlait de tel et tel truc. Sinon je fais aussi des tableaux pense bête notamment en cas de réforme : avant la réforme et après la réforme (mais je ne pense pas que tu en ai tant besoin en L1, j’ai surtout eu le cas en L3) 😊 voilà ce sont quelques petits conseils que j’applique et pour l’instant tout à fonctionné. Bon courage pour la L1 et surtout n’hésites pas à me contacter en cas de soucis ou si tu veux d’autres informations (tu peux le faire via le mail du blog, ça me fera plaisir de t’aider au cas où !) 😊

      Aimé par 1 personne

      • viensonpapote dit :

        Super, merci beaucoup pour ta réponse plutôt complète ! Oui je ne fais pas des fiches mais plutôt des regroupements d’idées représentatives et importantes pour chaque thème que je relie le soir avant le partiel. Super, je note tout ça pour ma rentrée!

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s