La pouilleuse – Clémentine Beauvais

la pouilleuse.png

Me voici pour une chronique assez courte afin de vous parler de ce petit roman des éditions Sarbacane. C’est le premier roman de Clémentine Beauvais que j’ai l’occasion de lire et je suis plus que ravie de cette première lecture.

Je ne pourrais pas faire un avis aussi long où détaillé que j’aime le faire, puisque le  roman ne fait que 100 pages, que Clémentine Beauvais ne s’attarde pas forcément sur un personnage en particulier, mais est surtout là pour nous raconter ce fait divers. Car, oui, nous sommes dans la fiction, ceci n’est qu’un roman et pourtant un enfant qui disparaît, qui est enlevé, relève tout de même du fait fréquent dans notre société. Des fois cela se fini bien, d’autres fois non.

Clémentine Beauvais nous offre ici une très courte histoire qui pourtant est un réel coup de poing. Elle décide de faire parler David, qui nous raconte l’histoire, qui nous conte d’un point de vue postérieur, ce qu’ils ont commis ce jour-là, pourquoi ils ont décidé d’embarquer cette gamine de 6 ans et l’on traînée jusqu’à l’appartement de Gonzague.

Clémentine Beauvais à un talent inouï pour nous faire vivre cette scène en tant que spectateur extérieur. Par ses mots, on se retrouve coincé dans ce minuscule appartement et on  assiste aux actes de ces cinq adolescents, sans pouvoir réellement faire quelque chose. Elle utilise des phrases courtes, simples ce qui fait que les faits sont dévoilés directement. Pas la peine de passer par quatre chemins, le but étant tout simplement de choquer le lecteurs. Les mots utilisés sont justes, parfaits pour nous faire réagir. C’est un récit dérangeant et que pourtant on ne peut pas lâcher.

Ce que je vais dire peut paraître étrange puisque j’ai été soulagée à la fin de l’histoire, soulagée car je m’attendais à ce que ça prenne une certaine tournure, ce qui n’a heureusement pas été le cas. Toutefois, je me dis que je ne peut pas réellement être soulagée en même temps car c’est un roman réellement choquant, perturbant. Une véritable leçon est à en tirer Puisque ce roman fait réfléchir sur un grand nombre de points tels que nos différences, les discriminations ainsi que l’engagement de la responsabilité de chacun devant ses actes.

C’est un roman que je recommande fortement à tous, mais j’émet une réserve toutefois : il ne faut pas confier ce roman entre les mains d’un enfant de 10-12 ans je pense, car ce roman est un vrai électrochoc.

challenge jeunesse ya

Cette chronique entre dans le challenge Jeunesse/Young Adult.

Publicités

9 réflexions sur “La pouilleuse – Clémentine Beauvais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s