Sinder, tome 01: Expérimentation – Jane Devreaux

sinder 1.jpg

Je tiens à fortement remercier Jane Devreaux de m’avoir contacté il y a déjà un bon bout de temps, pour la lecture de son roman ainsi pour la découverte de son roman et sa très grande patience.

J’ai profité de l’achat de ma liseuse pour me jeter dans cette lecture prometteuse, correspondant totalement au genre de lectures que j’aime dévorer.

Sandre est un personnage atypique. Bien loin des clichés que l’on rencontre souvent, c’est une adolescente de 17 ans très solitaire, la paria de son lycée. Personne n’ose réellement l’approcher à cause de son apparence mais également des rumeurs et si quelqu’un s’aventure à le faire, elle le repousse avec une de ses phrases cinglantes. C’est un personnage avec un très fort caractère, ce qui est assez innovant par rapport aux histoires de ce genre. Au départ, je l’ai trouvé plutôt énervante, et puis au cours du livre, on découvre vite que tout ça n’est que sa carapace.

À côté, on retrouve Josh, le beau gosse du lycée. C’est le mec populaire, qui fait baver toutes les filles et qui a la plus parfaite des petites amies. Pour une fois, ce n’est un personnage masculin que l’on pourrait qualifier de bad boy. La situation est en quelques sortes inversé. Josh a donc une petite vie parfaite, mais a du mal à s’en tenir aux principes, d’autant plus que Marcy, sa petite amie, ne semble pas prête à lui donner ce qu’il aimerais avoir. Etant inexpérimenté sexuellement, il va donc se tourner vers Sandre, avec laquelle il doit faire un exposé, pour « assouvir ses besoins ». Elle pourtant étant si repoussante d’habitude, va s’ouvrir à lui petit à petit.Une relation purement sexuelle va donc se construire, mais tout ça va bien vite aller plus loin que prévu.

Ce roman est donc à classer dans le genre érotique. On a donc forcément des scènes de sexes, selon moi, peut être un peu trop nombreuses. Toutefois, elles ne sont pas hards, ce qui n’est pas plus mal d’ailleurs. Je pense qu’accompagnées de la vulgarité de Sandre, ça aurait été too much.

Tout au long du roman on a une alternance de points de vu, et oui, je ne cesse de le répéter mais j’adore ça m’a permet d’y voir plus clair dans les sentiments de chacun, d’avancer plus facilement dans l’histoire. L’histoire se lit vraiment très vite. Une fois plongé dedans, on ne le lâche plus. Alors certes la plume n’a rien d’exceptionnel, mais le tout est quand même bien écrit. La fin de ce tome est vraiment méchante au point qu’i me fallait absolument le tome 2 ! et mon vœu a été exaucé, encore une fois par Jane Devreaux ! AU moment où je vous poste cette chronique, j’ai déjà lu le second tome depuis belle lurette, et je l’ai encore plus apprécié que le premier ! Rendez-vous la semaine prochaine pour a chronique de ce tome n°2.

Et parce que je ne pourrais finir autrement cette chronique que par ma réplique favorite :

 » – Que signifie Sandre ?

– C’est tout ce qu’il reste quand la passion se consume. »

Publicités

4 réflexions sur “Sinder, tome 01: Expérimentation – Jane Devreaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s